La Seine est un joyau, Paris est son écrin

revue de presse Haropa 26-10

27 Oct

 

 ACTUALITES HAROPA

 

Nombreux échanges aux 3es Rencontres Entreprendre avec l’Afrique

Les « Rencontres Entreprendre avec l’Afrique » se sont déroulées les 4 et 5 octobre sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Seine Eure. Produire et distribuer ensemble représente un réel défi et de belles opportunités en perspective pour l’Afrique et ses partenaires économiques. Durant cette 3e édition des Rencontres, entrepreneurs africains et français ont pu tisser des liens et envisager des collaborations communes. Responsable du pôle Afrique chez HAROPA, Patrick Bret a rappelé à cette occasion « qu’il y a toujours dans le panier de la ménagère africaine un ou deux produits qui viennent de Normandie. Soit ils ont été fabriqués par des entreprises normandes, soit ils sont passés par les ports du Havre ou de Rouen. »

(Paris Normandie, « La Normandie a une carte à jouer avec l’Afrique », du 19/10/2018)

 

Inquiétudes des ports français face à la perspective d’un Brexit dur

Alors qu’un sommet européen de haute importance pour l’issue des négociations entre Londres et ses partenaires s’est tenu les 18 et 19 octobre à Bruxelles, le port du Havre se prépare au « scénario du pire », une stratégie qu’il partage avec l’ensemble des ports normands (Rouen, Cherbourg, Caen-Ouistreham et Dieppe). Le chiffre de 30 millions d’euros est évoqué sur le coût total des investissements nécessaires en Normandie pour faire face à cette situation inédite qui impliquerait de créer des aires de stationnement de camions. Le port du Havre y réfléchit, sans « pouvoir encore évaluer les futurs flux» : pour Baptiste Maurand, directeur général adjoint, «nous n’en sommes pas à lancer les  travaux, mais nous réalisons l’inventaire des sites potentiels ».

 

(Le Monde Eco & Entreprise, « Le port du Havre se prépare au « scénario du pire » », du 21/10/2018)

(Le Journal de la Marine Marchande, « Brexit : Les incertitudes irlandaises », du 15/10/2018)

(Le Marin, « Transmanche : les ports français se préparent à un Brexit dur », du 18/10/2018)

(Le Marin, « Norlink ports s’organise face au Brexit », du 11/10/2018)

 

Une émission sur la place des ports dans la mondialisation et l’économie normande

Le 24 octobre, France 3 Normandie (Caen) a consacré son émission « Enquête de région » à la place centrale prise par les ports dans la mondialisation et l’économie normande. A cette occasion, Antoine Berbain, directeur général délégué HAROPA Ports de Paris Seine Normandie, a apporté son éclairage sur cette question.

(France 3 Normandie Caen, « Enquêtes de région », du 24/10/2018)

 

HAROPA-PORTS DE PARIS

 

Port Seine – Métropole Ouest : une nouvelle étape de franchie

Le projet de port de nouvelle génération, Port Seine – Métropole Ouest (PSMO), situé sur les communes d’Achères, Andrésy et Conflans-Ste-Honorine, a franchi une nouvelle étape. En effet, le 3 octobre, la Commission nationale du débat public a donné acte du bilan de la concertation remis par le garant, après une dernière réunion en septembre. A cette occasion, Régine Bréhier, déléguée générale de HAROPA – Ports de Paris, avait rappelé l’ambition du projet et ses principales caractéristiques. A l’écoute des préoccupations du territoire sur l’insertion paysagère du PSMO, HAROPA – Ports de Paris s’est engagé à concevoir un port de qualité en lien avec les collectivités concernées. À terme, ce projet d’un investissement de 122 millions d’euros devrait permettre la création de 500 à 1000 emplois directs.

(Première Heure Ile de France, « Port Seine-Métropole Ouest – Conflans-Ste-Honorine : Un « plus » de croissance sur la rive gauche de Seine », du 12/10/2018)

(Paris Normandie, « Port Seine Métropole Ouest à l’heure de la concertation », du 19/10/2018)

 

Inauguration de la plateforme de tri de Bonneuil-sur-Marne

Destinée à traiter une partie des déblais de construction du métro du Grand Paris, la plateforme de tri de Bonneuil-sur-Marne a été inaugurée. Le fleuve et les installations de HAROPA – Ports de Paris doivent jouer un rôle déterminant dans la logistique de ce chantier hors-norme.

(Les Echos, « Bonneuil armé pour le Grande Paris », du 05/10/2018)

 

 

DSV France aménage son siège au port de Gennevilliers

DSV France a aménagé son siège ainsi qu’un hub routier sur un terrain de 36.000 m2 loué au port de Gennevilliers. Ces nouveaux locaux ont été inaugurés le 16 octobre et le groupe danois – classé dans le top 5 mondial de la commission de transport et de la logistique avec un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros – a profité de l’occasion pour annoncer le lancement d’un nouveau service maritime de groupage import entre l’Asie et l’Europe via Dunkerque.

(www.lantenne.com, « DSV France investit sur le port de Gennevilliers », du 23/10/2018)

 

 

Boissise-la-Bertrand : inauguration d’un barrage 

Après quatre ans de travaux, un barrage qui permet de réguler le trafic sur la Seine a été inauguré mardi 23 octobre à Boissise-la-Bertrand (77). D’un coût de 40 millions d’euros, ce nouveau barrage va permettre de développer le transport fluvial et de réguler le niveau du fleuve avec les trois vannes à clapet automatisées. Ces clapets sont particulièrement importants pour moduler le niveau de l’eau en cas de sécheresse ou de crue.

(Le Parisien, « Un barrage pour réguler le trafic sur la Seine », du 24/10/2018)

 

 

Se baigner dans la Seine ou dans la Marne : bientôt une réalité

Dès 2022 dans le Val-de-Marne et à partir de 2025 à Paris, les habitants devraient pouvoir se baigner dans la Seine et dans la Marne. Au total, 24 lieux de baignade devraient être accessibles au public, tous ayant été retenus après une première analyse de faisabilité technique. La concrétisation de ce projet est le résultat d’un ambitieux programme pour la qualité de l’eau, qui commence à porter ses fruits : à la fin de la décennie 1980, vingt millions de mètres cubes d’eau de pluie polluées se déversaient chaque année dans la Seine. Désormais, ce volume se situe entre un et deux millions de mètres cubes.

(www.paris.fr, « Baignade en Seine et en Marne : bientôt une réalité », du 22/10/2018)

 

 

 

 HAROPA-PORT DE ROUEN

 

 

Vidéo de Nicolas Occis, directeur général du GPMR

Nicolas Occis, directeur général du Port de Rouen était l’invité vidéo de Marc Braun et Adrien Pulby sur le site Internet de Paris Normandie.

(www.parisnormandie.fr, « Nicolas Occis, directeur général du Grand Port Maritime de Rouen est l’invité de Marc », du 23/10/2018)

 

Le port de Rouen affiche des résultats solides

Après un retour à la normale des sorties de céréales, le port de Rouen affiche des résultats solides pour les huit premiers mois de l’année et envisage de terminer 2018 avec un trafic global de l’ordre de 22,5 millions de tonnes, soit à un niveau comparable aux années 2013 et 2015, ses meilleures de la décennie écoulée. Les exportations de céréales se portent bien, tout comme les trafics de vrac. En revanche, les résultats sont nettement moins satisfaisants pour les marchandises diverses, produits forestiers et conteneurs notamment.

(Le Marin, « Rouen : des résultats solides depuis le début de l’année », du 18/10/2018)

 

Rubis Terminal Rouen poursuit sa stratégie de développement

Première entreprise indépendante de stockage de produits liquides en France et cinquième au niveau européen, la société Rubis Terminal dispose à Rouen de ses installations les plus importantes en termes de capacités avec un total de 756 000 mètres cubes (contre 475.000 à Dunkerque et 131.000 à Brest). Celles-ci comportent six terminaux et sont principalement approvisionnées par voie maritime et par le pipeline reliant Le Havre à Paris. Rubis Terminal Rouen poursuit son développement avec la construction de nouveaux réservoirs à Grand Quevilly. Au cours des trois dernières années, ses investissements se sont élevés à plus de 50 millions d’euros.

(Affiches de Normandie, « Rubis Terminal s’agrandit », du 10/10/2018)

 

 

Rouen accueille la 58e édition de la Bourse de commerce européenne

Rouen accueille jeudi 25 et vendredi 26 octobre la 58ème édition de la Bourse de commerce européenne, avec 2 500 acteurs de la filière grain. Nicolas Occis, directeur général du port de Rouen HAROPA, est interviewé dans les colonnes de Paris Normandie pour évoquer les enjeux et perspectives de cette rencontre. Cette bourse européenne des céréales est un évènement incontournable pour parler d’organisation de la filière, de perspectives d’affaires ou encore de l’état du marché. Rouen – premier port exportateur de céréales d’Europe de l’Ouest – se félicite de la tenue de ce rendez-vous dans sa ville : cela ne s’était pas produit depuis 23 ans.

(Paris Normandie, « Rouen capitale jeudi et vendredi de la filière céréalière », du 24/10/2018)

 

Le chantier du bac entre Quillebeuf-sur-Seine et Port-Jérôme est lancé

Mercredi 24 octobre, le département de Seine-Maritime a annoncé le lancement du chantier d’un nouveau bac pour la traversée de la Seine entre Quillebeuf-sur-Seine (Eure) et Port-Jérôme (Seine-Maritime). Dans moins d’un an et demi, si les délais de construction sont respectés, les utilisateurs du passage d’eau reliant ces deux communes pourront embarquer à bord du bac 24, capable de transporter 27 automobiles – ou deux semi-remorques et neuf voitures – et 145 passagers. Ce navire coûtera 6 millions d’euros, une somme financée par les départements de Seine-Maritime et de l’Eure (2,4 millions chacun) et par la région Normandie (1,2 million).

(www.parisnormandie.fr, « Le chantier du bac de Quillebeuf est lancé », du 25/10/2018)

(www.tendanceouest.com, « Un nouveau Bac entre Quillebeuf-sur-Seine et Port-Jérôme », du 24/10/2018)

 

 HAROPA-PORT DU HAVRE

 

Le port du Havre veut investir massivement dans ses infrastructures

Fort des bons résultats du trafic 2017 et d’une situation financière assainie, le conseil de surveillance du port du Havre avait validé le 30 mars un programme d’investissements ambitieux, d’un montant global de 610 millions d’euros. Avec une telle somme, le port du Havre veut investir massivement dans ses infrastructures, pour développer Port 2000 et son accès direct via le mode fluvial, en attendant l’arrivée de l’éolien. Hervé Martel, directeur général du Grand Port Maritime du Havre et Emmanuèle Perron, présidente du conseil de surveillance, ont indiqué que des choix ont dû être faits et ceux-ci ont été validés à l’unanimité le 29 juin dernier.

(www.lantenne.com, « Le Havre : 2018, l’année des grandes décisions », du 23/10/2018)

 

Siemens Gamesa et le port du Havre relancent le projet d’usines d’éoliennes

Le 15 octobre, Siemens Gamesa a signé un nouvel accord-cadre avec le port du Havre pour l’implantation de ses deux usines de fabrication de nacelles et de pales d’éoliennes. Cette annonce met fin à plusieurs mois d’interrogations nées de la reprise de Gamesa et des incertitudes pesant sur l’avenir de l’éolien en mer en France. Le projet d’aménagement des deux usines (750 emplois visés) et celui d’une zone logistique au sud du quai de Bougainville pour l’accueil des fondations gravitaires du champ de Fécamp figurent à hauteur de 57 millions d’euros dans le nouveau plan d’investissement de 610 millions validé en juin dernier par le port du Havre.

(Le Marin, « Siemens Gamesa et le port du Havre réenclenchent le projet d’usines d’éoliennes », du 18/10/2018)

(batiactu.com, « Le grand port maritime du Havre se prépare à l’arrivée de l’éolien offshore », du 16/10/2018)

(La Lettre EcoNormandie, «Tim Cornélius à l’assaut du « meilleur courant du monde » pour relancer la filière hydrolienne – Siemens Gamesa abat ses cartes », du 19/10/2018)

(L’Usine Nouvelle, « Normandie – Siemens Gamesa arrive au Havre », du 25/10/2018)

 

Une réaction à l’éditorial de La Croix intitulé « Du gigantisme »

Sur le site Internet du quotidien, un internaute réagit à l’éditorial publié le 7 septembre dans le journal La Croix et intitulé « Du gigantisme ». Selon lui, il faut se réjouir de l’inauguration du porte-conteneurs géant au Havre, qui est le résultat de vingt ans de travaux portuaires et de transformations difficiles mais réussies de l’exploitation portuaire. Il souligne également que « Port 2000 », qui accueille les grands porte-conteneurs, a été réalisé dans un site écologiquement sensible et que si tout s’est bien passé, c’est que les contraintes écologiques ont été prises en compte.

(www.la-croix.com, « Porte-conteneurs, c’est une réussite pour Le Havre », du 18/10/2018)

 

Un « Complément d’enquête » consacré aux saisies de drogue au port du Havre

L’émission « Complément d’enquête » du jeudi 25 octobre est consacrée à la façon dont la cocaïne colombienne transite dans des conteneurs jusqu’aux terminaux du Havre.

(www.francetvinfo.fr, « Vidéo. Comment Le Havre est devenu une porte d’entrée de la cocaïne en France », du 24/10/2018)

 

DEVELOPPEMENT DURABLE /AMENAGEMENT DU TERRITOIRE /POLITIQUE DU TRANSPORT

 

Interview de Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime

Dans les colonnes du Marin, Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime (Isemar) plaide pour une politique portuaire nationale, couplée à des pactes territoriaux avec les collectivités. Alors que des décisions sur les ports doivent être prises prochainement au CIMer (Comité interministériel de la mer), il évoque la nécessité de développer le ferroviaire – de manière pragmatique – en associant gestion des terminaux et opérateurs des trains, et rappelle que c’était l’une des pistes évoquées par la Cour des comptes dans son rapport sur le terminal multimodal du Havre.

(Le Marin, «Il faut aux ports français un vrai engagement national », du 18/10/2018)

 

ACTUALITES PORTUAIRES EN FRANCE

 

Laetitia Deransi, nouvelle directrice du port départemental de Fécamp

Depuis le 1er octobre, Laetitia Deransi dirige le port départemental de Fécamp, concédé à la délégation Fécamp-Bolbec de la CCI Seine-Estuaire. Diplômée de l’École nationale de la marine marchande (ENMM), elle a été capitaine d’armement pour le service dragage de la région Occitanie puis, jusqu’en 2016, responsable des opérations pour le groupe d’origine rouennaise Thomas services maritimes (TSM). Fille d’un ancien commandant du port de Rouen, elle apprécie sa nouvelle fonction et travaille déjà sur des dossiers importants : acquisition d’une nouvelle grue mobile, construction de la base de maintenance pour le futur parc éolien offshore ou encore modernisation du port de plaisance.

(Le Marin, « Diriger un port, c’est avoir un pied à terre et l’autre dans l’eau », du 18/10/2018)

 

Le port de Marseille a lancé un appel aux start-up

À Marseille, le port et ses partenaires publics et privés ont lancé au début du mois d’octobre un appel aux start-up, destiné à développer la place portuaire et son territoire grâce aux nouvelles technologies. Le « Smartport Challenge » est un programme d’innovation ouverte qui s’inscrit dans la démarche du GPMM « French Smartport in Med » de mettre en place des solutions inédites pour construire le port du futur. Sept problématiques ont été livrées à la créativité des entreprises locales, qui ont jusqu’au 30 novembre pour déposer leur candidature.

(L’Antenne Quotidien, « Marseille – Fos : Le port veut faire sa révolution numérique », du 18/10/2018)